Le cap Norfeu


Agrandir le plan

 

Rappelez-vous. La semaine dernière nous étions en Espagne; à Cadaquès, avec la ferme intention de rejoindre le cap Norfeuhttp://marenostrum.org/bibliotecadelmar/mitologia/orfeo_fr.htm via: la "carretera" de Roses.Cet aller-retour était largement faisable dans la journée.Hélas,c'était sans tenir compte de notre passion pour la découverte et notre goût immodéré pour la photographie.Résultat; nous n'avons pas pu atteindre notre objectif. Pour autant n'étions nullement déçus de ce relatif échec. Nos yeux et nos coeurs, se souviendront à jamais de tant de si belles images et de tant d’aussi intenses émotions.Et  nous nous étions promis de revenir rapidement par ici parachever ce parcours et rassasier notre curiosité.Et c'est tout naturellement, que nous tentons,une semaine après, un nouvel essai. Cette fois-ci;  nous rejoignons Roses et grâce à l’efficacité du GPS, nous débusquons la rue de Montjoihttp://www.roses.cat/fr/Turisme/Oferta/Platges/Naturals.aspx qui rapidement se transforme en large piste.Piste très honnête à vrai dire, qui nous emmène jusqu'à la calanque du même nom. Sans cesser de nous extasier sur ces paysages fabuleux qui nous sont proposés et qui nous émerveillent.Sans aucun problème, la "carretera"fort bien entretenue, au sein d'une végétation Méditerranéenne typique, nous guide jusqu'au terminus (panneau d'interdiction de poursuivre).A  partir de cet endroit, nos jambes vont être mises à contribution et nous pourrons ainsi mieux apprécier cette nature inqualifiable.Depuis la plage nous regagnons la piste qui s'élève tout doucement et qui après chaque virage nous ouvre un autre horizon et nous arrache d'autres exclamations...A cet endroit même, les Pyrénées rencontrent la mer et rivalisent de nuances: du vert au bleu,du bleu au gris et j'en passe.Nos yeux trop petits, nos esprits trop étriqués pour absorber toutes ces vues, ces sensations.Enfin, (j'emploie ce mot qui n'est peut-être  pas approprié car n'étant pas du tout pressés), nous atteignons l'entrée du cap Norfeu.Il est encore tôt et cette fois-ci, notre tentative, sera je crois couronnée de succès? Un petit panneau nous apprend que le tour de la presqu'île est long de 4 à 5 km. Sans tarder nous nous y engageons et sommes immédiatement conquis par la végétation, la vue, la géologie, qui accompagne nos pas. Un véritable plaisir s'empare de nous suscitant nos commentaires et de nombreuses remarques.Le circuit devient un peu plus sportif et escarpé et nous sommes contraints à plus d'attention.Les falaises que nous longeons sont exceptionnelles et nous côtoyons parfois le vide que nous appréhendons avec beaucoup de prudence. Notre enthousiasme ne nous dispense pas de l'humilité que nous devons manifester face à l'immensité de ces paysages et cette nature. Les rochers au formes torturées témoignent avec douleur de la force des tempêtes qui s'abattent souvent sur le cap. Parfois des cavernes, des grottes, de vieilles ruines et même les vestiges d'une ancienne tour sont là pour nous rappeler, que même ici l'activité humaine a eu son impact et son importance.Cet endroit mystérieux et sauvage exposé à tous les vents, toutes les tempêtes aura dynamisé nos imaginations et nous aura ramené à notre enfance ou les pirates hantaient la côte de leurs présences et de leurs légendes.Il est tout juste midi, quand nous choisissons soigneusement un coin pour déjeuner et parachever cette journée.Notre pari est gagné, nous avons réussi!

 

 

punta Falconera

 

carreter de Roses à Cadaqués

 

Badia de Montjoi

 

sur le cap de Norfeu

 

Punta de sa Figuera

 

 

 

Cap de Norfeu

 

 

 

 

 

Punta de sa Figuera

 

à la pointe du Cap de Norfeu;el gat"le chat"

 

Punta de sa Figuera

 

 

 

 

Punta Falconera

 

depuis le cap de Norfeu

 

 

 

 

cap de Norfeu et sa tour de guet

 

 

 

 

 

 

 

chalutier au large de cala Montjoi

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !